J’irai poser des fleurs

J’irai poser des fleurs
Film 120
Tirage papier fibre

Mordançage
Projet en cours

Je me souviens de papi Lili en photo sur son lit de mort, je me souviens de tonton Dédé lors de la veillée funèbre, je me souviens de ma grand-mère toute pimpante avant la mise en bière, je me souviens de Patrick qui me semblait dormir. J’ai toujours ressenti le besoin et le devoir de regarder nos morts, de leur dire au revoir avant qu’ils ne disparaissent, de leur accorder un dernier moment d’intimité.
Pourquoi ne photographions nous plus nos morts comme avant ?
Pourquoi ne gardons nous pas le souvenir de leur dernier costume ?
Ils disparaissent sans laisser de traces et nous délestent de l’angoisse de devoir s’y confronter, nous condamnant à vie au geste simple de déposer des fleurs.

© Alix Galdin